L'Anjou Agricole 12 juillet 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Les exploitations céréalières face à des besoins de trésorerie de 400 euros/ha

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © J.-C. Gutner

Agritel a estimé le 11 juillet que les besoins de trésorerie des exploitations céréalières vont "exploser" avec une récolte décevante, les premières coupes d'orge d'hiver montrant "des rendements et critères qualitatifs inférieurs aux attentes", le blé tendre affichant un "faible potentiel". "Les exploitations céréalières françaises vont être confrontées à des besoins de trésorerie probablement supérieurs à 400 euros/ha", déclare le DG Michel Portier, dans un communiqué. Un chiffrage basé sur du blé à 7 t/ha, payé 130 euros/t, pour des charges à couvrir de 1 100 euros/ha (aides compensatoires incluses), plus 220 euros/ha de rémunération de l’exploitant et charges de remboursement.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Cette action de délation gratuite et sans fondement est indigne d’une organisation internationale comme Greenpeace.

s’indigne C. Morançais, présidente du Conseil régional, suite à une campagne de Greenpeace recensant de manière péjorative des fermes qui ne correspondent pas à leur vision de modèle agricole

Le chiffre de la semaine
1,20
Le 3 décembre, l’Assemblée nationale a confirmé une exonération de charges pour les employeurs de saisonniers agricoles, avec un seuil de 1,20 Smic pour 2019 et 2020.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui