L'Anjou Agricole 25 janvier 2016 a 13h00 | Par L'Anjou Agricole

Les industriels charcutiers claquent la porte de l'interprofession Inaporc

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © AA

La Fédération française des industriels charcutiers, traiteurs, transformateurs de viandes (FICT) a annoncé le 22 janvier qu’elle ne signerait pas « le projet annuel d’'accord interprofessionnel » Inaporc et qu’elle ne participerait plus « aux discussions stériles ». Alors que les manifestations des éleveurs s'’amplifient dans l’'Ouest de la France, la FICT dénonce « les stratégies perdantes de l'’actuelle interprofession porcine ».


Face aux difficultés de la filière porcine française, une « feuille de route interprofessionnelle » avait été rédigée, mais, déplore la FICT, elle « n'’a pas été suivie d’'effet ». Selon la FICT, « 80 % de la viande de porc utilisée par les charcutiers français provient de France ». Ce chiffre pourrait « encore augmenter s’'il n’existait pas de déficit structurel en France sur certaines pièces de porc », estime la FICT, qui accuse Inaporc de ne pas avoir « pris en compte ces faits » et « négligé les demandes qualitatives de la FICT ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.