L'Anjou Agricole 29 mai 2017 à 13h00 | Par L'Anjou Agricole

Les irrigants en appellent au nouveau gouvernement

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Dans le cadre du salon de l’agriculture de Nouvelle-Aquitaine, Irrigants de France et la FNSEA Nouvelle-Aquitaine ont tenu une conférence sur l’irrigation le 24 mai. Pour le président d’Irrigants de France, Eric Frétillère, la France ne manque pas d’eau, mais il faut « mieux l’optimiser ».

« Irrigants de France attend du nouveau gouvernement des engagements fermes en matière d’une politique nationale en faveur de l’irrigation et du stockage de l’eau », souligne le communiqué. Selon Jean-Paul Bordes, d’Arvalis, l’efficacité de l’irrigation a progressé de 30 % en l’espace de 20 ans. Mais « les projets de territoires visant à créer des ouvrages de stockage d’eau n’aboutissent pas, que ce soit par manque de financement ou en raison de blocages administratifs », dénonce Jean-Luc Capes, président du groupe eau de la FNSEA.

Pour Philippe Moinard, président de la FNSEA Nouvelle-Aquitaine, trois leviers permettraient d’avancer : « faire aboutir les projets programmés ; lever les freins à la création de retenues d’eau ; et expliquer les enjeux pour en finir avec le dogmatisme anti-irrigation ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui