L'Anjou Agricole 07 novembre 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Les JA veulent une Pac post-2020 qui donne la priorité au renouvellement des générations

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Actuagri

« Nous voulons d'une Pac qui se donne pour priorité le renouvellement des générations », a déclaré Jérémy Decerle, président de Jeunes Agriculteurs à l'issue d’un séminaire de trois jours pour réfléchir aux contours de la Pac post-2020. Parmi les propositions concrètes, les responsables syndicaux ont fléché trois chantiers: la priorité n°1 est que la Pac « puisse répondre aux enjeux de l'emploi et de renouvellement des générations en agriculture sur des exploitations de type familial, viables, vivables et transmissibles ». Deuxième chantier : la future Pac doit prémunir les agriculteurs de la volatilité des prix, et pour cela, « il faut envisager la mise en place de contracycliques (aides variant en fonction des prix) et développer les outils assurantiels ». Enfin, la troisième priorité est la mise en place d'un « nouveau pacte alimentaire européen » pour protéger les ressources et favoriser la sécurité, la diversité et la qualité alimentaire. Pour cela, Jeunes Agriculteurs prône la mise en place d'une politique « basée sur des objectifs de résultats et non de moyens ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui