L'Anjou Agricole 07 novembre 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Les JA veulent une Pac post-2020 qui donne la priorité au renouvellement des générations

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Actuagri

« Nous voulons d'une Pac qui se donne pour priorité le renouvellement des générations », a déclaré Jérémy Decerle, président de Jeunes Agriculteurs à l'issue d’un séminaire de trois jours pour réfléchir aux contours de la Pac post-2020. Parmi les propositions concrètes, les responsables syndicaux ont fléché trois chantiers: la priorité n°1 est que la Pac « puisse répondre aux enjeux de l'emploi et de renouvellement des générations en agriculture sur des exploitations de type familial, viables, vivables et transmissibles ». Deuxième chantier : la future Pac doit prémunir les agriculteurs de la volatilité des prix, et pour cela, « il faut envisager la mise en place de contracycliques (aides variant en fonction des prix) et développer les outils assurantiels ». Enfin, la troisième priorité est la mise en place d'un « nouveau pacte alimentaire européen » pour protéger les ressources et favoriser la sécurité, la diversité et la qualité alimentaire. Pour cela, Jeunes Agriculteurs prône la mise en place d'une politique « basée sur des objectifs de résultats et non de moyens ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui