L'Anjou Agricole 05 novembre 2020 à 12h00 | Par AA

Les pépiniéristes sont dans l’attente

Le choix de ne pas mettre l’économie sous cloche permet aux pépiniéristes de continuer leur activité. Avant des mesures plus restrictives ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Laurentaises

Pour le moment, dur d’y voir très clair dans les mesures gouvernementales à venir pour les pépiniéristes. Avant le reconfinement, les ventes étaient bien reparties, à la hausse sur certaines productions. Désormais, le flou entoure la vente, mais la production doit continuer.
« On fait un métier du vivant, c’est impossible pour nous de s’arrêter », confirme Mathieu Billotte, gérant de Multibaies,  entreprise spécialisée dans la production de plants de myrtilles exportés à travers le monde. Pour lui, le carnet de commande est bien rempli, et l’activité n’est pas impactée par le reconfinement. « L’amateurisme de la première vague est derrière nous. On a bien compris qu’il fallait continuer à faire tourner l’économie, et nos camions peuvent circuler ». Lors du premier confinement, Mathieu Billotte a subi des retards sur ses livraisons et ses chantiers, et a été contraint de fermer une de ses entreprises en Espagne. Avec, à la clé, une quantité énorme de végétaux jetés. « Pour le moment, on ne peut pas se plaindre car notre activité continue. Si les normes restent les mêmes, cela se passera bien pour nous », analyse l’exploitant.


Toujours ouvert
Du côté de Saint-Laurent-de-la-Plaine, même si l’optimisme reste de mise, le doute plane sur les mesures gouvernementales. Bruno Roullier est le gérant des Pépinières Laurentaises, s’étalant sur 50 ha et proposant notamment plus de 300 variétés d’arbres fruitiers et 150 variétés de chênes. « Pour le moment, notre partie vente directe reste ouverte. Mais si la grande distribution ferme, on va peut-être devoir fermer... C’est impossible de se projeter. On a un peu l’impression que le reconfinement n’a pas été préparé », déplore Bruno Roullier. Pour son entreprise, la vente directe représente 20 % du chiffre d’affaires. Le reste provient de clients professionnels comme des collectivités ou des agriculteurs. « Ce qui nous a sauvé après le premier confinement, ça a été l’engouement des particuliers pour travailler la terre, des agriculteurs pour l’agroforesterie, d’un regain d’intérêt pour les circuits courts », analyse le pépiniériste. Mais pour le moment, ce reconfinement n’inquiète pas outre mesure. « Si on ferme la vente directe, on se tournera vers la livraison, on sait comment faire ! ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui