L'Anjou Agricole 14 septembre 2018 à 09h00 | Par L'Anjou Agricole

Les producteurs de volailles réclament « 4 à 5 % de hausse »

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Depuis quatre mois, les prix de reprise ne couvrent plus les coûts alimentaires de la production de volaille, et celle-ci a besoin d’une hausse de 4 à 5 %, et parfois plus, pour faire face à la brutale envolée du prix des céréales cet été. Tel est, en substance, le message délivré, le 13 septembre au Space, par les dirigeants de la toute nouvelle interprofession de la volaille de chair (Anvol).

En matière d’indicateurs de prix, a rappelé Jean-Michel Schaeffer, président de la CFA et de l’Anvol, la filière ne part pas de rien puisqu’elle dispose déjà de deux indices : l’indice Itavi du prix de l’aliment (65 % du coût de production) et l’indice des prix sortie abattoir. Quand le rapport entre ces indices varie de ± 10 % – ce qui est le cas depuis quatre mois, selon l’Anvol – les partenaires de la filière s’engagent à se mettre autour de la table pour rééquilibrer les choses. «Nous sommes en train de tester la logique des États généraux de l’alimentation. Nous avons besoin de coresponsabilité entre les parties. Nous y verrons clair dans quelques mois.»

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui