L'Anjou Agricole 16 mars 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Les professionnels de la vigne quittent la séance de FAM

Réunis au conseil spécialisé viticole de FAM (FranceAgriMer) comme chaque mois, les représentants professionnels de la filière vitivinicole ont quitté la séance du 15 mars pour protester contre les « retards conséquents » pris dans la mise en œuvre du programme national d’aides à la viticulture.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
« En Italie et en Espagne, l’administration interprète les textes et les applique, au lieu de demander à chaque fois à Bruxelles comment faire », a expliqué un professionnel, excédé.
« En Italie et en Espagne, l’administration interprète les textes et les applique, au lieu de demander à chaque fois à Bruxelles comment faire », a expliqué un professionnel, excédé. - © AA

 

Ces retards leur font craindre qu’une part importante des crédits européens ne soit pas utilisée et soit renvoyée à Bruxelles. « La séance a été écourtée parce que malgré nos alertes mois après mois, les retards s’accumulent, et qu’en plus la validation du programme national d’aide est ralentie par la révision des textes communautaires en 2016 », a exposé Bernard Farges, président de la Cnaoc lors d’un point presse improvisé sur le parvis de FranceAgriMer.
La révision des textes, « et les interminables allers-retours entre Paris et Bruxelles quant à leur interprétation, n’ont toujours pas permis la validation du programme national d’aide », dénoncent dans un communiqué les représentants des organisations de viticulteurs, regroupés sous le sigle de l’Association générale des producteurs de vins.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si des solutions techniques alternatives au désherbage chimique existent, elles ne sont pas encore adoptables par tous les arboriculteurs.

indique le CTIFL (centre technique), dans un communiqué du 26 mai

Le chiffre de la semaine
8,2 millions d'euros
Horticulture : dans le Maine-et-Loire, la destruction des plantes et fleurs, suite à la crise du Covid-19, a entrainé une perte de 8,2 millions d'euros (source FNPHP Grand Ouest)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui