L'Anjou Agricole 27 mai 2015 à 08h00 | Par AA

Les retards de paiement des MAE excèdent les agriculteurs

Près d’une cinquantaine d’agriculteurs a interpellé le préfet, à Angers, le mercredi 27 mai sur les retards de paiement des MAE.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les agriculteurs ont déposé des bottes de paille devant les grilles de la préfecture d’Angers. Bottes issues de surfaces soumises aux MAE dans les Basses vallées angevines
Les agriculteurs ont déposé des bottes de paille devant les grilles de la préfecture d’Angers. Bottes issues de surfaces soumises aux MAE dans les Basses vallées angevines - © AA

Quatre mois. Quatre mois que les agriculteurs attendent le versement des paiements pour les MAE 2014 alors que les dossiers sont instruits depuis fin 2014 par la DDT du Maine-et-Loire. Une attente qui ne peut plus durer pour la FDSEA. Une délégation d’une cinquantaine d’agriculteurs a interpellé le préfet, mercredi matin, devant les grilles de la préfecture. « Cela fait trois mois que nous remontons l’information en commission CDOA à la DDT, constate Dominique Lebrun, représentant FDSEA en charge du dossier MAE. On ne comprend pas ce qui bloque. » Face au manque de transparence, la FDSEA cherche à obtenir des réponses auprès des représentants de l’Etat. Et aussi faire comprendre les conséquences de ces retards. « 500 agriculteurs sont engagés dans les MAE sur le département. » Les montants pour chaque exploitation varient de 7 500 euros à 20 000 euros. « Les agriculteurs ont rempli leur part du contrat, pourquoi l’Etat n’en fait pas de même ?, s’interroge Jean-Marc Lézé, président de la FDSEA 49. Alors que l’environnement semble une priorité, l’Etat n’envoie pas de signal encourageant  pour qu’ils aillent dans ce sens. »

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 29 juin 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Aller chercher la vérité pour protéger les agriculteurs

a réclamé la députée LREM, Martine Leguille-Balloy, qui a demandé la création d’une commission d’enquête sur l’agribashing.

Le chiffre de la semaine
37 millions
Ce sont le nombre de tonnes de blé tendre de la récolte française selon la dernière estimation du ministère de l’Agriculture. Soit une progression de 8,5 % sur la précédente et de 3,6 % sur la moyenne 2014/2018.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui