L'Anjou Agricole 19 octobre 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Les œufs plein air ont la cote, les frères Vaillant investissent

A Brain-sur-Longuenée, la SCEA la Julière a modifié un de ses bâtiments volailles pour accueillir des poules pondeuses plein air.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-René et Nicolas Vaillant de la SCEA Julière vont apprendre à travailler autrement : à partir de vendredi prochain, ils éleveront aussi des poules plein air.
Jean-René et Nicolas Vaillant de la SCEA Julière vont apprendre à travailler autrement : à partir de vendredi prochain, ils éleveront aussi des poules plein air. - © AA

« Sauve qui peut. » L’expression de Nicolas Vaillant a le mérite d’être claire. Les œufs standard n’ont plus la cote. Et ça, les deux producteurs d’œufs standard  de la SCEA Julière, à Brain-sur-Longuenée, l’ont bien compris. Alors ils s’adaptent. « C’est l’avenir, l’œuf plein air. Il faut que l’on suive les tendances de consommation. » (...) La SCEA a débuté les travaux en juin. Dans le bâtiment de 90 m de long, 3 systèmes de volière pyramidale, (avec chacun ses chaînes d’alimentation) ont été installés. « Nous avons créé des trappes de sortie côté Ouest qui donnent sur un jardin d’hiver de 600 m2.  Nous avons réfléchi les aménagements pour accueillir le maximum de poules », explique Jean-René Vaillant. Un parcours de 11,4 hectares a été créé. « Nous avons semé des graminées sur toute la surface et prévoyons de planter des haies », précise Nicolas Vaillant. (...)

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou Agricole du 20 octobre 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.