L'Anjou Agricole 26 mars 2020 à 11h00 | Par AA

Les vétérinaires à pied d'oeuvre

Malgré la crise, les vétérinaires continuent le travail dans les exploitations.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

« Dorénavant, on ne se déplace plus qu'en cas d'urgence », témoigne Alexandre Vove, vétérinaire avicole, qui suit près de 200 élevages dans la région. « Mais notre travail étant basé sur la prévention, on fait beaucoup de conseil par téléphone ».
En élevage bovin, la période est intense. « On a beaucoup de travail, et on est en effectif réduit pour protéger nos salariés », témoigne Jean-Charles Prétot, vétérinaire mixte (rural et canin) dans l'ouest du département. « Les gestes barrières, les protections sanitaires, on connaît avec les zoonoses ! ». Du côté des approvisionnements, pas d'inquiétudes. « Les centrales nous fournissent sans problèmes », témoigne Jean-Charles Prétot.

La Dgal souligne le principe de maintien d'activité, et précise les actes dont la continuité doit être assurée au titre des missions publiques. Figurent notamment « prélèvements et réalisations des attestations nécessaires aux mouvements d'animaux en France et à l'export ». Parmi les missions pouvant être reportées : la visite sanitaire obligatoire. Les actes relevant de l'exercice libéral sont à apprécier par le vétérinaire avec l'éleveur.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Je respecte le processus démocratique, mais je pense profondément que ce n’est pas le bon véhicule

Interrogé au Space, sur le Référendum d’initiative partagée pour les animaux, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie a répondu qu’il ne s’agissait pas du “bon vehicule” politique

Le chiffre de la semaine
14 746
Chasseurs dans le Maine-et-Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui