L'Anjou Agricole 13 mai 2016 à 16h00 | Par L'Anjou Agricole

Les viticulteurs d'Indre-et-Loire obtiennent des mesures d'allègement suite au gel

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Les viticulteurs d'Indre-et-Loire ont obtenu des mesures d'allègement de charges après le gel de la fin avril. Après des visites des services de l'État sollicitées par la Fédération associations viticoles d'Indre et Loire (Fav 37), des réponses positives peuvent être annoncées, indique l'organisation.

Les exploitations viticoles pourront solliciter des mesures de chômage partiel (l'État interviendra par le versement d'une allocation d'activité partielle de 7,74 EUR par heure chômée des salariés), d'aides du Fonds d'allègement des charges bancaires, d'exonérations de taxes foncières et de cotisations sociales. L'indemnité d'activité partielle versée au salarié est exonérée des cotisations salariales et patronales de sécurité sociale.

Les récoltants qui le souhaitent pourront acheter de la vendange, du moût ou du vin auprès d'autres producteurs afin de conserver leurs parts de marché.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si l’on change toutes les règles, qu’on demande des sacrifices et que derrière on continue à bâtir des accords commerciaux avec des pays du monde […] qui ne font pas les mêmes efforts, on est des fous !

Dans une interview accordée à la revue Le Grand Continent le 12 novembre, Emmanuel Macron est revenu sur son projet en matière de transition écologique dans le secteur agricole.

Le chiffre de la semaine
56 %
des éleveurs de veaux de boucherie déclarent utiliser des MCA (Médecines complémentaires et alternatives), selon une étude de l’Institut de l’élevage (Idele) parue le 20 octobre.