L'Anjou Agricole 10 décembre 2020 � 12h00 | Par AA

Leur viande est livrée dans toute la France par Chronofresh

Eleveur de charolaises, Eric Pineau vend depuis 3 ans sa viande en direct via une filière créée par son fils, Antoine. La formule plaît, et ils ont entraîné dans leur aventure une dizaine d’autres éleveurs.

Abonnez-vous R�agir Imprimer
Eric Pineau dans son élevage du Voide (à gauche) et Sylvain Bernard, éleveur de brebis de Montilliers. Tous deux commercialisent leur viande en vente directe via le site internet piloté par Antoine Pineau, le fils d’Eric.
Eric Pineau dans son élevage du Voide (à gauche) et Sylvain Bernard, éleveur de brebis de Montilliers. Tous deux commercialisent leur viande en vente directe via le site internet piloté par Antoine Pineau, le fils d’Eric. - © AA

Eleveur de père en fils au Voide,  éric Pineau, 58 ans,  écoulait jusqu’à il y a peu, la majorité de ses bêtes  au marché de Cholet. Il avait bien pris l’habitude, depuis la crise de la vache folle dans les années 90, de vendre quelques animaux en vente directe, en caissettes de 12 à 15 kg, grâce au bouche à oreille. 5 bêtes environ, sur la trentaine de femelles vendues chaque année, partaient ainsi, mieux valorisées qu’au marché. ça, c’était jusqu’en 2017, jusqu’à ce que son fils, Antoine, ne décide de prendre en main la commercialisation de la viande de bœuf et veau et fasse passer la part de vente directe de marginale à majoritaire : jusqu’à 70 % cette année.


De la viande au juste prix
Diplômé de l’Esa et d’Agrocampus Ouest, Antoine Pineau avait réalisé son stage de fin d’études chez InVivo Agrosolutions, à Paris, et avait enchaîné sur un CDD, avant de changer de voie.  « Je me suis demandé pourquoi papa ne parvenait pas à vivre décemment de son métier. J’ai préféré cesser mon CDD et me consacrer à la commercialisation de la viande », explique le jeune entrepreneur de 31 ans, qui vit toujours à Paris. Son idée, il la résume ainsi : « aider les producteurs à vivre de leur métier, et  proposer aux clients une viande fraîche, de qualité, en direct du producteur et à un juste prix ».  ll a créé un site internet, où les clients de toute la France peuvent commander des colis de viande (www.ericpineau.fr), et assure une présence sur les réseaux sociaux, Facebook et Instagram. Deux apprentis sont actuellement embauchés pour apporter leur appui sur cette partie communication.
En plus de la viande de la ferme familiale, Antoine Pineau s’est mis, à la demande des clients, à commercialiser aussi de la viande d’autres producteurs, de manière à compléter la gamme : de l’agneau, du porc, des volailles, et même, en cette fin d’année, des viandes plus rares comme le cerf ou l’autruche.  Mais c’est surtout en 2020, à la faveur du confinement du printemps, que l’activité a explosé. « Jamais je n’aurais imaginé cela ! C’est fou ce qui s’est passé ! Sur les mois de mars et d’avril, on a fait le même nombre de ventes et le même chiffre d’affaires que sur toute l’année 2019, explique l’entrepreneur. Il a fallu s’adapter, nous avons réussi à répondre aux demandes de tous les clients, même s’il y avait parfois 3 à 4 semaines d’attente pour recevoir le produit ». Depuis, les ventes se sont tassées mais continuent de se maintenir à un niveau bien supérieur à celles de 2019.


Un boucher découpe et met en colis
La réussite de cette organisation repose sur un triptyque  : les producteurs bien sûr ; Antoine Pineau, qui anime la filière, planifie les commandes pour que chaque carcasses soit vendue en frais, sans aucune perte de produit ; et un boucher, Philippe Frogin, installé à Villevêque. Ce dernier prépare, découpe et met en colis l’intégralité des commandes, qui sont livrées par la société Chronofresh aux clients, en 24 heures maximum.
Ce nouveau mode de commercialisation emporte l’entière adhésion de l’éleveur, car il permet, enfin, de rémunérer au juste prix le produit viande. « Avec un prix à 4,50 euros/kg de carcasse, on se rapproche du coût de production, commente l’éleveur. Sur une vache de 450 kilos, cela fait évidemment la différence ! » Mais  il ne peut se résoudre à trouver cela normal : « il faudrait que tous les éleveurs puissent être rémunérés à ce prix-là ! » « Ce qui apparaît comme une exception devrait être la généralité », renchérit Sylvain Bernard, éleveur d’ovins embarqué aussi dans son sillage.  Le retour sur les produits de la part de clients apporte aussi une grande satisfaction et contribue à redonner de la fierté aux éleveurs. « L’an dernier, des clients du Sud de la France sont venus visiter la ferme pendant leurs vacances, raconte Eric Pineau. Ils étaient très contents et moi aussi ! ».
S.H.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions �mises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se r�serve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et r�glements en vigueur, et decline toute responsabilit� quant aux opinions �mises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

L’accroissement du nombre de bénéficiaires de l’aide alimentaire est une réalité dont nous prenons pleinement la mesure. C’est pourquoi, les agriculteurs, au travers de Solaal, se mobilisent pour répondre aux enjeux de la précarité alimentaire. Solaal Pays de la Loire reste mobilisé plus que jamais pour assurer son rôle de facilitateur du don alimentaire.

explique Jean-Louis Lardeux, président de l’association Solaal Pays de la Loire.

Le chiffre de la semaine
2 000 t
La collecte de pneumatiques usagés, organisée par la FDSEA, a:commencé lundi 11 janvier à Vihiers et aura lieu dans le département jusqu’au 11 mars. Au total plus de 2 000 tonnes seront collectées et valorisées pendant l’opération.