L'Anjou Agricole 25 février 2019 à 09h00 | Par Romain Devaux

Limiter et prévenir les vols dans les exploitations

Mardi après-midi 19 février, dans une Cuma de Daumeray, la FDSEA, la Chambre d’agriculture, la préfecture et la gendarmerie ont signé une convention concrétisant la création de l’application ViGie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-Marc Lézé, président de la FDSEA ; Bernard Gonzalez, préfet de Maine-et-Loire ; François Beaupère, président de la Chambre d’agriculture ; Eric Delain, commandant du groupement départemental de gendarmerie, lors de la signature de la convention ViGie.
Jean-Marc Lézé, président de la FDSEA ; Bernard Gonzalez, préfet de Maine-et-Loire ; François Beaupère, président de la Chambre d’agriculture ; Eric Delain, commandant du groupement départemental de gendarmerie, lors de la signature de la convention ViGie. - © AA

Depuis plusieurs années, de plus en plus de vols sont recensés dans les exploitations. « Ces sites constituent une cible privilégiée des malfaiteurs, qui profitent notamment de l’isolement et de l’accessibilité des bâtiments, a expliqué le président de la Cuma du Rodiveau, Romain Corbin, mardi 19 février à Daumeray. Le plus souvent, ces cambrioleurs ciblent des réserves de carburant, ainsi que du petit matériel. » Les exploitants ont donc mis en place des dispositifs de sécurité, pour protéger au mieux les locaux de la Cuma.
L’application ViGie s’inscrit dans la continuité d’un programme de lutte contre la délinquance dans les exploitations du Maine-et-Loire, pour lequel la FDSEA s’est fortement impliquée depuis plusieurs années.


Réseau d’alertes par SMS
En effet, en 2014, un réseau d’alertes par SMS avait été créé entre les services de gendarmerie, la FDSEA et la Chambre d’agriculture pour prévenir les agriculteurs des vols subis dans les exploitations de leur secteur. Mardi, à l’occasion de la signature de la convention officialisant le lancement de cette application, le représentant de la gendarmerie, le préfet du Maine-et-Loire, le président de la Chambre d’agriculture François Beaupère, ainsi que le président de la FDSEA Jean-Marc Lézé, ont rappelé l’importance mais aussi la difficulté de faire face à ces phénomènes, qui s’élèvent au nombre de 258 plaintes déposées dans le Maine-et-Loire courant 2018.

Mathis Beautrais

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Aucune étude prouve le caractère cancérogène du glyphosate

a déclaré P. Médevielle, sénateur UDI, suite à une étude sanitaire menée par des sénateurs de l'Opecst, sur le glyphosate

Le chiffre de la semaine
2/3
Des consommateurs avouent un doute sur la composition 100 % bio des produits étiquetés comme tels.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui