L'Anjou Agricole 28 avril 2016 à 16h00 | Par L'Anjou Agricole

Maïs : une levée tardive à cause du froid printanier

Dans le Baugeois, les semis de maïs ont débuté la semaine dernière. Le Gaec du Brocard, à Bocé, ne déroge pas à la règle.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Malgré le froid matinal, Philippe Nau a procédé au semis de maïs mercredi.
Malgré le froid matinal, Philippe Nau a procédé au semis de maïs mercredi. - © AA

Au Gaec du Brocard, à Bocé, les semis de maïs ont commencé le 20 avril. « Nous avons déjà implanté 30 hectares de maïs grain sur des terres sableuses », explique Philippe Nau, l’un des trois associés. « La météo était beaucoup plus douce que cette semaine. » Après avoir fait ses travaux d’enrubannage d’herbe, il continue, mercredi 27 avril, à semer une dizaine d’hectares de maïs grain. Sur la parcelle, un précédent de maïs grain a été broyé finement et labouré, à 20 cm de profondeur, en février. « Nous avons passé la herse rotative en début de semaine. » Au total, l’exploitation comptera 68 hectares de maïs. 30 hectares sont ensilés pour l’alimentation du troupeau, les 38 autres sont destinés à la vente.

Lire l’intégralité de l’article dans l’Anjou agricole du 29 avril 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si des solutions techniques alternatives au désherbage chimique existent, elles ne sont pas encore adoptables par tous les arboriculteurs.

indique le CTIFL (centre technique), dans un communiqué du 26 mai

Le chiffre de la semaine
8,2 millions d'euros
Horticulture : dans le Maine-et-Loire, la destruction des plantes et fleurs, suite à la crise du Covid-19, a entrainé une perte de 8,2 millions d'euros (source FNPHP Grand Ouest)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui