L'Anjou Agricole 21 septembre 2020 à 09h00 | Par AA

Maison Gaborit : 40 ans de circuits courts

L’histoire a débuté il y a 40 ans, lorsque Bernard Gaborit s’est installé à Maulévrier sur la Ferme de la Grande Nillière. Les principes et les valeurs étaient les mêmes qu’aujourd’hui : agriculture biologique, transformation et élevage de jersiaises.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pierre-Yves, Marie, Bernard, Geneviève et Hélène Gaborit, au milieu de leurs vaches.
Pierre-Yves, Marie, Bernard, Geneviève et Hélène Gaborit, au milieu de leurs vaches. - © Gaborit

Depuis, la Maison Gaborit s’est fortement développée, et elle est présente dans toute la France dans les magasins bio. Une vingtaine de producteurs approvisionnent l’atelier de transformation permettant de fournir toute la gamme, composée de 65 produits. Cependant, ce développement s’est fait naturellement, « sans mettre la charrue avant les bœufs. On est dans une progression constante et maîtrisée », assure Hélène Gaborit, en charge de la partie commercialisation des produits, et fille de Bernard et Geneviève Gaborit. Au total, c’est près de 95 % de la  commercialisation qui s’effectue en magasin spécialisé AB. La Maison Gaborit emploie près de 50 personnes. « Ils permettent de faire nos trois métiers : éleveurs, transformateurs et commerciaux », détaille Hélène Gaborit.


La laitière par excellence
L’exploitation de la Maison Gaborit, la Ferme de la Grande Nillière, compte 165 ha pour
110 vaches à la traite. Les cultures de céréales, de maïs, de luzerne ou encore de betteraves permettent à l’exploitation d’être presque autonome, hormis pour la protéine, du soja bio français. Les vaches, ce sont exclusivement des jersiaises, « les laitières par excellence », selon Pierre-Yves Gaborit, en charge de l’exploitation. Forte de son engagement, la Maison Gaborit a souscrit au Label BioCohérence, plus contraignant que le label AB. « C’est de la bio-cohérence. Nous privilégions la qualité du lait, et la transformation traditionnelle. Ce label est logique au vu de nos valeurs », explique Hélène Gaborit. Durant le confinement, les produits ont été très demandés car les magasins spécialisés ont été bien plus fréquentés. « C’était presque trop, on travaille avec le vivant nous, donc ce n’était pas évident de fournir cette augmentation soudaine », détaille Pierre-Yves Gaborit. Sa sœur se montre optimiste pour la suite : « la révolution du consommateur prendra du temps, mais les choses sont en train d’évoluer. Et puis, comme dirait notre père, ce n’est pas parce que les choses sont difficiles qu’il ne faut pas les faire ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le groupe Cooperl peut compter sur l’engagement du ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance pour assurer la pérennité des activités et de l’emploi

signifie Bercy dans un communiqué du 21 octobre.

Le chiffre de la semaine
4 à 6 €/1 000 l
Selon Frédéric Vincent de la FDSEA 49, "sur les 9 premiers mois de l’année, un recul de 4 à 6 €/1 000 litres sur les moyennes régionales du prix du lait payé par les entreprises a été constaté".

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui