L'Anjou Agricole 19 octobre 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Maîtriser l’énergie : un métier d’avenir

L’entreprise angevine Cesbron, spécialiste du froid, a fait évoluer ses activités vers la performance énergétique afin d’accompagner le développement de pratiques durables.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Vue d’ensemble du campus de Cesbron : à droite, le bâtiment à énergie positive du siège social, et à gauche, “l’œuf”, une salle de réunion design.
Vue d’ensemble du campus de Cesbron : à droite, le bâtiment à énergie positive du siège social, et à gauche, “l’œuf”, une salle de réunion design. - © Théodore Zaghian

Comment une entreprise, historiquement spécialisée dans le froid, se positionne-t-elle aujourd’hui comme un expert de la performance énergétique globale ? C’est en tout cas l’histoire de Cesbron, entreprise angevine fondée en 1911 et dirigée jusqu’en 2015 par 3 générations successives de la même famille. (...) « Le domaine agricole représente entre 5 et 8 % de l’activité (...) ». Cesbron travaille auprès de 3 segments : la viniculture, notamment auprès des Vins de Loire, le maraîchage, l’horticulture et l’élevage. « Les prestations sont multiples : climatisation de chai, process de filtration ou de macération pour la viniculture, stockage et climatisation des serres en maraîchage, installation d’ateliers de transformation avec un process froid complet pour les producteurs laitiers, notamment ceux en circuit court... ». (...) Aujourd'hui, Cesbron recense 200 clients agricoles sur le territoire du Maine-et-Loire.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou Agricole du 20 octobre 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui