L'Anjou Agricole 26 septembre 2018 à 15h00 | Par L'Anjou Agricole

Maraîchage, les robots au boulot

La rencontre technique de la Chambre d’agriculture des Pays-de-la-Loire et du Comité départemental de développement légumier (CDDL) 49 a rassemblé 70 participants jeudi 20 septembre, dans le Saumurois (Maine-et-Loire).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Anatis, de la société vendéenne Carré.
Anatis, de la société vendéenne Carré. - © AA

L’après-midi était consacrée aux matériels de binage, avec une présentation, entre autres, des robots Anatis de chez Carré et Dino, de chez Naïo Technologies.

La société vendéenne Carré présentait le robot bineur Anatis, fonctionnant à l’énergie électrique. Deux types de batteries sont possibles : gel plomb ou lithium (autonomie supérieure, recharge plus rapide). Le prix de l’équipement va d’ailleurs dépendre du type de batterie. équipé d’une balise GPS et de 2 caméras, il réalise le binage en autonomie. Il collecte aussi des données utiles pour optimiser l’apport d’intrants (hygrométrie, température du sol, enherbement....).  L’agriculteur communique avec le robot via une tablette ou un smartphone. Il existe actuellement 3 modèles en fonctionnement dans des exploitations maraîchères de la région nantaise. Tarif : 100 000 euros environ.

Gain de temps, confort de travail et réduction de la pénibilité

Le robot bineur Dino, de Naïo Technologies, encore en cours de développement, est  utilisé dans une dizaine d’exploitations maraîchères en France, dont celle de Sébastien Breau (Villebernier), qui accueillait la journée technique. « Nous avons un partenariat de développement avec Naïo Technologies », explique Sébastien Breau, qui a acquis ce matériel pour  environ 100 000 euros. Gain de temps, confort de travail, réduction de la pénibilité sont les principales motivations qui ont poussé le maraîcher à investir : « Dino, il a l’avantage de pouvoir travailler le dimanche ! ». En plus de la salade, le robot est testé dans le Sud sur poireaux et carottes, laissant entrevoir de nouvelles perspectives.

Dino.
Dino. - © AA

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

L’Inra et l’Irstea devront fusionner en janvier 2020

ont annoncé le 17 octobre la ministre de la Recherche, Frédérique Vidal, et le nouveau ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume.

Le chiffre de la semaine
3 158 €
Lors de la vente de reproducteurs rouge des prés du Domaine des Rues à Chenillé-Changé, mercredi 17 octobre, 19 taureaux sur 26 ont trouvé preneur, pour un prix moyen de 3 158 euros.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui