L'Anjou Agricole 27 juin 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Matignon tranche en faveur de Hulot face à Travert

Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé, dans un communiqué le 26 juin, que son gouvernement ne reviendrait pas sur les dispositions de la loi biodiversité qui prévoient l'interdiction des néonicotinoïdes à partir du 1er septembre 2018 avec des dérogations possibles jusqu'à 2020.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Stéphane Travert, nouveau ministre de l'Agriculture
Stéphane Travert, nouveau ministre de l'Agriculture - © AN

 

Le même jour, Stéphane Travert, ministre de l'Agriculture, avait affirmé au micro de RMC vouloir « revenir sur l'interdiction » des néonicotinoïdes. Expliquant que « le texte n'est pas conforme au droit européen », il avait déclaré : « on peut le prendre comme ça, revenir sur l'interdiction ».

Dans la foulée, Nicolas Hulot, ministre d’État et de la Transition écologique et solidaire avait réagi sur Twitter : « les interdictions ne seront pas levées. » Matignon a rapidement communiqué dans le sens du ministre de la Transition écologique. En revanche, le sujet des dérogations à l'interdiction, qui doivent s'appliquer de 2018 à 2020 et n'ont pas encore été définies, a fait consensus. Stéphane Travert avait affirmé que « les dérogations devront s'appuyer sur des bilans mis en place par l'Anses ». Matignon rappelle en effet qu'une expertise avait été demandée par le précédent gouvernement à l'Anses sur les effets potentiels sur la santé humaine. L'expertise sera disponible « en fin d'année », précise le communiqué du 26 juin.

 

Les producteurs de grandes cultures saluent le courage politique du ministre de l’Agriculture
Les producteurs de grandes cultures représentés par l’Association Générale des Producteurs de Blé (AGPB), l’Association Générale des Producteurs de Maïs (AGPM), la Confédération Générale des Planteurs de Betteraves (CGB) et la Fédération Française des oléoprotéagineux (FOP), saluent les propos du ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Stéphane Travert, concernant de possibles dérogations à l’interdiction des néonicotinoïdes. Cette interdiction, hautement symbolique, reste un non-sens économique et environnemental.
«  La proposition du ministre de l’Agriculture est pourtant cohérente, indique les associations spécialisées, avec les engagements du nouveau gouvernement. Nous soutenons donc pleinement la position portée ce matin par le ministre de l’Agriculture qui, en l’absence de solution alternative, laisserait les agriculteurs accéder aux meilleures solutions disponibles qui restent à ce jour les néonicotinoïdes. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

L’ambition est de multiplier par 5 les surfaces de cultures associées à horizon 5 ans

a annoncé Terrena. La coopérative poursuit le déploiement des associations de cultures, en accueillant un séminaire du projet ReMIX, qui vise à généraliser cette pratique économe en intrants.

Le chiffre de la semaine
13 %
Agri-Éthique, présenté comme un pacte de commerce équitable 100 % origine France, affirme le 23 mai peser 173,6 M€ de ventes aux consommateurs en 2017 (+13 %) avec 45 références alimentaires.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui