L'Anjou Agricole 06 novembre 2014 à 08h00 | Par L

Mauges - S’organiser et embaucher pour travailler plus sereinement

Pierre-Yves Jamin témoignera, le 13 novembre, dans une table ronde sur la surcharge de travail en élevage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Romuald Boisellier travaille tous les mercredis pour Pierre-Yves Jamin, éleveur à Villedieu-la-Blouère.
Romuald Boisellier travaille tous les mercredis pour Pierre-Yves Jamin, éleveur à Villedieu-la-Blouère. - © AA

Pour Pierre-Yves Jamin, éleveur laitier, à Villedieu-la-Blouère, dans les Mauges, “se libérer dans la semaine” lui semble essentiel. “Si l’astreinte est trop importante dans la journée, ça ne laisse pas de place pour gérer les imprévus”, remarque-t-il. Travailler à flux tendu “empêche aussi de réfléchir à l’avenir de l’exploitation”.  C’est pour cette raison qu’il optimise son organisation du travail. Il a réfléchi à un bâtiment fonctionnel, il délègue l’alimentation à sa Cuma, et aussi privilégie un système herbager pour diminuer son temps de travail dans les champs... Autre choix : la traite en décalé le dimanche. Si durant la semaine, la traite s’effectue deux fois par jour à 6 h et 18 h, “le dimanche,  je l’effectue à 9 h pour la refaire le lundi matin à 4 h.” Une solution qui lui permet de se décharger d’une astreinte.

Malgré ces aménagements, l’éleveur, installé depuis 18 ans, connaît une surcharge de travail. C’est pour cette raison que depuis avril 2012, il emploie avec deux autres agriculteurs un salarié. Grâce au groupement d’employeurs Présence plus, Romuald Boisellier travaille 25 à 30 % de son temps sur l’exploitation. “Cela sécurise le travail, il connaît mon exploitation, et sait anticiper les tâches.” Autre avantage : le gain de productivité. “Par exemple, en période de semis, j’attelle le semoir sur le tracteur et je sème sur les trois exploitations à la suite”, remarque Romuald. Depuis son arrivée, l’éleveur anticipe davantage. “Il faut qu’il ait toujours quelque chose à faire le mercredi. Par exemple, je dois réserver le matériel à la Cuma en avance.”

H.R.

Table ronde Le 13 novembre

Surcharge de travail en élevage

Le CRDA des Mauges organise une table ronde, le 13 novembre, de 14 h à 16 h 30, à la salle des fêtes de Jallais. Le thème : “la surcharge au travail des éleveurs, une réalité mais pas une fatalité”. Grâce aux interventions de François-Régis Lenoir, agriculteur et psychologue social, Didier Désarménien, de la Chambre d’agriculture de la Mayenne, spécialisé dans l’organisation du travail, et Pierre-Yves Jamin, éleveur dans les Mauges (voir ci-dessus), les agriculteurs auront des clés pour réduire le stress au travail et peut-être embaucher un salarié.



Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Aller chercher la vérité pour protéger les agriculteurs

a réclamé la députée LREM, Martine Leguille-Balloy, qui a demandé la création d’une commission d’enquête sur l’agribashing.

Le chiffre de la semaine
37 millions
Ce sont le nombre de tonnes de blé tendre de la récolte française selon la dernière estimation du ministère de l’Agriculture. Soit une progression de 8,5 % sur la précédente et de 3,6 % sur la moyenne 2014/2018.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui