L'Anjou Agricole 26 février 2018 à 09h00 | Par L'Anjou Agricole

Mercosur : 20 000 à 25 000 exploitations agricoles risquent de disparaitre (FNSEA)

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Guillaume Perrin

La profession agricole est en « désaccord profond » avec Emmanuel Macron sur les négociations entre UE et Mercosur, a déclaré le 23 février la présidente de la FNSEA. La France « risque de perdre 20 000 à 25 000 exploitations » si l'Europe signe ces accords, a estimé Christiane Lambert. « Nous exprimerons jusqu'au bout notre désaccord (..) et nombre sont les consommateurs et les associations qui nous disent qu'ils sont à nos côtés », a-t-elle ajouté. La responsable s'inquiète particulièrement de l'absence de toute « garantie sanitaire » sur les quotas d'importation de viande du Mercosur qui seraient concédés par Bruxelles afin de parvenir à un accord commercial comprenant aussi les autres productions agricoles, l'industrie, les services etc. « L'agriculture a vraiment le sentiment d'être la variable d'ajustement d'autre chose », a ajouté la responsable. Elle dit ne pas comprendre « l'obstination » de l'exécutif de faire entrer en Europe de la viande qui sera « à un prix inférieur de 30 % » à celle produite en France, car issue d'animaux élevés aux farines animales et accélérateurs de croissance non utilisés en Europe.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

L’agriculture ne doit pas servir de variable d’ajustement pour conclure des accords commerciaux.

martèlent la FNB et la FNSEA , qui craignent une signature « imminente » de l’accord UE/Mercosur. Une crainte motivée par les récentes avancées sur le secteur automobile qui bloquait les négociations.

Le chiffre de la semaine
922
C’est le nombre de projets de recrutement en 2019 que les 79 entreprises agricoles du Maine-et-Loire ont indiqué.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui