L'Anjou Agricole 04 février 2020 à 10h00 | Par AA

Mettre Angers en bouteille

Lundi 3 et mardi 4 février, le vin de Loire a été à l'honneur au Parc des expositions d'Angers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

À bon vin, paroles sincères. Et bon, le vin le fut, lors de cette 34ème édition du salon des vins de Loire. Après des années 2016 et 2017 compliquées, cet événement retrouve ses lettres de noblesses, attirant plus de 15 000 professionnels répartis sur le salon et les offs
(Demeter, Levée de la Loire...).
« Il faut encore consolider cette force autour de l'axe ligérien, dont l'authenticité est le fil rouge », constate éric Grelier. Pour Christophe Béchu, « lorsque l'on boit du vin, on boit un territoire », et l'aspiration des consommateurs est au terroir, à la dégustation des vins dit "de conversation".
Lors de l'inauguration, la délégation d'officiels a pu goûter de nombreux vins d'exposants. Composée notamment de Christophe Béchu, René Bidal, éric Grelier, la députée Stella Dupont, le sénateur Stéphane Piednoir ou encore éric Touron, représentant de la région Pays de la Loire, la délégation a apprécié la diversité des vins proposés.


Un vignoble timide, mais soutenu
2019 a été un millésime précoce abimé par les gelées, et seulement une demi-récolte pour certains vignerons a été réalisée. Malgré cela, les vignerons sont optimistes, et la qualité est au rendez-vous. Les vins sont plus acides, rappelant la fraicheur ligérienne. « Ce salon est une occasion unique de faire découvrir notre territoire », constate Christophe Béchu. Le maire regrette que le vignoble ligérien soit sous-côté par rapport à ses camarades français. Vignoble de 60 000 ha, constitué d'exploitations à taille humaine, pionner en biodynamie et en oenotourisme, il suscite, de par ses vins « passion et admiration, c'est un produit à part », selon les termes du préfet René Bidal. « On est au début d'une aventure, et nous sommes convaincus d'être sur la bonne voie », souligne, enthousiaste, Christophe Béchu. Ce dernier se félicite de la profusion d'acteurs qui permettent de créer un réel engouement et un dynamisme autour de l'axe ligérien.
La journée s'est clôturée par la remise des prix des Bacchus de l'oenotourisme. Ce concours a pour but de distinguer les initiatives innovantes et exemplaires, contribuant au rayonnement de l'oenotourisme de la destination val de Loire (Résultats à retrouver dans l'Anjou Agricole du 14 février).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Victoire ! DxE condamné pour avoir tournéun reportage volé dans une exploitation agricole.

Cédric Henry, président de la FDSEA35

Le chiffre de la semaine
31,3
Pour la moisson 2020, le service de la statistique du ministère de l'Agriculture prévoit une récolte hexagonale de blétendre autour de 31,3 millions de tonnes, soitl’une des plus basses depuis l’an 2000.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui