L'Anjou Agricole 09 février 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Mobilisation des producteurs devant la laiterie Laïta à Ancenis

Cette semaine, des actions de bâchage et un rassemblement de producteurs de lait, notamment angevins, visaient la coopérative Terrena.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © FDSEA

Les annonces des prix payés par Terrena pour février (305 €/ 1 000 L) et mars (300 €/ 1 000 L) ont provoqué l’incompréhension des producteurs de lait. Ces prix sont inférieurs aux autres laiteries qui collectent sur le département. De plus, à partir de février, la plupart des producteurs Terrena produisent une partie ou tout leur volume à un prix encore inférieur (233 € / 1 000 L), ce qui a accentué le mécontentement des producteurs. Des bâches ont ainsi été déployées devant les magasins Espace Terrena et aux bords des routes dès le week-end dernier.

La coopérative doit montrer l’exemple
« Les indicateurs de marché sont au vert, et notamment sur le beurre et la matière grasse. Les producteurs ont besoin de réactivité sur le prix du lait et pas seulement à la baisse. Les coopératives doivent montrer l’exemple », a rappelé Frédéric Vincent, nouveau président de la FDL.
En effet, quelle sera la réaction des autres laiteries à l’annonce des prix de Terrena ? Pourquoi donner un signe aussi mauvais dans la période des négociations commerciales ? Comment peut-on espérer obtenir des revalorisations auprès de la GMS en affichant un prix aux producteurs inférieur à ses concurrents ?


Une commission laitière exceptionnelle
Les délégués des producteurs Terrena et les administrateurs de la coopérative se sont réunis ce mercredi pour une commission laitière exceptionnelle. Afin de mettre la pression en amont de cette rencontre, à l’appel de la FDSEA 49, FNSEA 44, JA 49 et JA 44, 150 producteurs se sont rassemblés devant la laiterie à Ancenis (44).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui