L'Anjou Agricole 06 octobre 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Moins de phytos grâce à une plante compagne

L’EARL de la Rondinière a rejoint le réseau Dephy depuis sa création en 2010. L’EARL de viande bovine travaille sur des stratégies alternatives pour réduire l’usage de produits phytos.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Guillaume Viairon de l’EARL de la Rondinière à Loiré participe au réseau Dephy Oudon pour réduire l’usage de produits phytos.
Guillaume Viairon de l’EARL de la Rondinière à Loiré participe au réseau Dephy Oudon pour réduire l’usage de produits phytos. - © AA

La fin du chimique de manière systématique.  C’est dans cette logique que Guillaume Viairon, agriculteur en polyculture élevage a rejoint le réseau de fermes Dephy Oudon. Ce réseau regroupant neuf exploitations travaille sur des stratégies alternatives pour réduire l’usage de produits phytosanitaires. Une démarche qui a plu à l’éleveur de limousines sur Loiré. « Avec le réseau, je reste le maître d’œuvre. C’est moi qui prends la décision finale », explique-t-il lors de la journée technique Ecophyto, jeudi 1er octobre à Segré (lire encadré). « Moins je sors le pulvérisateur, mieux je me porte », précise l’agriculteur.
Depuis que l’agriculteur a intégré le réseau, en 2010, l’EARL de la Rondinère a réduit son IFT (Indice de fréquence de traitement) de 25 % pour se situer à 1,32 en moyenne.

Plus d'infos dans L'Anjou agricole du 9 octobre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

La balance agroalimentaire s’est améliorée en 2018 après deux années de dégradation, grâce à l’export de produits agricoles bruts

indique le ministère de l’Agriculture.

Le chiffre de la semaine
25
C'est le nombre d'élevages bovins du Maine-et-Loire qui participeront au concours général agricole au Salon de l'agriculture à Paris.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui