L'Anjou Agricole 20 mars 2018 à 17h00 | Par L'Anjou Agricole

NDDL: les professionnels «globalement» satisfaits du comité sur l'avenir des terres

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Le 19 mars, la préfète de la région Pays-de-la-Loire présidait le premier comité de pilotage sur l'avenir des terres agricoles situé dans l'emprise du projet abandonné d'aéroport à Notre Dame des Landes. Etaient présents: les 4 syndicats agricoles, les élus des communes, le président du département Loire Atlantique et les deux associations d'agriculteurs (Adeca et Almeza).

Pour l'heure, l'Etat est propriétaire des 920 hectares de terres agricoles concernées, un territoire sur lequel sont toujours installées 40 exploitations agricoles. «L'Etat a annoncé le maintien de leur convention d'occupation précaire pour l'année culturale 2018», explique Axel Gayraud, représentant la Chambre d'agriculture Loire-Atlantique lors du comité. Ce maintien était en discussion.

Par ailleurs, le constat a été fait que la surface est suffisante pour maintenir les 40 fermes et installer de nouveaux projets. «C'est globalement satisfaisant», poursuit-il avant de nuancer: «Il reste encore de nombreux points à clarifier notamment sur les aspects juridiques des droits de rétrocessions ou encore sur la gestion des conflits entre zadistes et agriculteurs.»

En outre, les critères d'attribution des nouveaux projets agricoles divisent la profession, notamment sur la rentabilité économique des projets candidats et les compétences minimales requises. Le prochain rendez-vous avec les services de l'Etat a été fixé début juin.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si des solutions techniques alternatives au désherbage chimique existent, elles ne sont pas encore adoptables par tous les arboriculteurs.

indique le CTIFL (centre technique), dans un communiqué du 26 mai

Le chiffre de la semaine
8,2 millions d'euros
Horticulture : dans le Maine-et-Loire, la destruction des plantes et fleurs, suite à la crise du Covid-19, a entrainé une perte de 8,2 millions d'euros (source FNPHP Grand Ouest)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui