L'Anjou Agricole 14 février 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Négociations commerciales : jusqu'à 8% de baisse demandées aux industriels

La grande distribution demande des baisses de tarifs comprises entre 2% et 8% aux industriels de l'alimentation dans le cadre des négociations annuelles, a affirmé le 13 février Jean-Philippe Girard, président de l'Association des industries alimentaires (Ania).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-Philippe Girard, président de l'ANIA.
Jean-Philippe Girard, président de l'ANIA. - © Actuagri

« Les baisses sont de -2 à -8%, c'est incroyable !», s'est exclamé sur France Info le patron de l'Ania, qui a jugé que « vu la situation », notamment de l'agriculture française, « c'est inquiétant ». « On voit le lait qui a progressé de 30%, les oranges qui ont progressé de 50% et en face des acheteurs qui disent : écoutez, nous, c'est pas notre problème, on veut le même prix que l'an passé », a déploré M. Girard, qui craint que ça ne « met(te) en danger nos entreprises ». Le responsable de l'Ania a également dénoncé « l''inflation des (demandes de) promotions, c'est à dire des produits supplémentaires pour animer les rayons pendant toute l'année ». Les négociations, qui doivent aboutir à un accord pendant le salon de l'agriculture, sont cette année encore « très tendues », selon Jean-Philippe Girard. « Je suis à la tête de l'Ania depuis 3 ans et demi et c'est à peu près à chaque fois la même chose (...) chaque année, on vient et on perd des marges », a-t-il ajouté.

 

Les JA demandent aux distributeurs et industriels « de prendre leur responsabilité »
Les Jeunes agriculteurs interpellaient les industriels et les distributeurs, dans un communiqué du 9 février, pour que la hausse des cours du lait soit répercutée au producteur durant les négociations commerciales entre les deux maillons de la filière. « Transformateurs, distributeurs, cessez vos querelles et prenez vos responsabilités ! » ou encore « Distributeurs et industriels, cessez de vous renvoyer la balle ! » peut-on lire dans le communiqué.  « Les industriels doivent indiquer lors des négociations avec leurs distributeurs, les prix payés à la production, dans l'esprit de la loi Sapin 2 ». Le syndicat conclut : « si le 28 février prochain nous constatons des prix de vente identiques à 2016, nous saurons, nous, prendre nos responsabilités ».

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Il y a une réelle envie d’aller de l’avant.

selon Éric Thirouin, secrétaire général adjoint de la FNSEA, à propos de la rencontre du 13 juillet avec le Corena (Comité de rénovation des normes en agriculture)

Le chiffre de la semaine
12 327 €
D’après une étude du réseau AS et des Chambres d’agriculture, le résultat courant moyen par UTA 2017 (Unité de travail agricole) des entreprises agricoles de l’Ouest et du Centre, s’élève à 12 327 euros. Un chiffre en baisse par rapport à 2016.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui