L'Anjou Agricole 10 février 2017 a 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Négociations commerciales : la FNSEA veut faire activer la loi Sapin II

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © AA

Dans un communiqué paru le 9 février, suite à une table ronde avec le gouvernement, la FNSEA demande à celui-ci de faire appliquer les dispositions prévues dans la loi Sapin II pour que les besoins des agriculteurs soient pris en compte dans les négociations commerciales. Le syndicat agricole témoigne du «contexte extrêmement difficile que traverse l'ensemble de l'agriculture française. Face aux négociations commerciales qui s'annoncent encore une fois tendues, il est évident que les producteurs ne supporteront pas une année supplémentaire de prix excessivement bas », affirme la FNSEA. Et d’insister: « pour nous, le vrai juge de paix sera le prix payé à la production ». Le syndicat rappelle que dans la Loi Sapin II, des outils sont prévus pour prendre en compte les coûts de production agricoles tout au long de la chaîne alimentaire: « c'est le moment de juger de leur efficacité ! »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.