L'Anjou Agricole 22 janvier 2018 à 10h00 | Par L'Anjou Agricole

Négociations commerciales : « même la loi actuelle n’est pas respectée »

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Dominique Poilvet

Pour les deux syndicats FNSEA et JA, le comité de suivi sur les négociations commerciales co-présidé par Delphine Gény-Stephann et Stéphane Travert, « a fait malheureusement la démonstration que rien n’a changé en matière de négociations commerciales » et que « même la loi actuelle n’est pas respectée », soulignent-ils dans un communiqué le 18 janvier.

Les deux syndicats dénoncent « une véritable braderie des produits agricoles » avec des côtes de porc à 1,77 €/kg, du lait bio à 67 centimes d’euros le litre, ou des pommes de terre à 11 centimes le kilo. « Comment dans ces conditions le consommateur peut-il s’y retrouver, et avoir une quelconque idée de la valeur de l’alimentation quand tout n’est que promotions et rabais ? », expliquent la FNSEA et JA qui disent être « prêts à appeler nos réseaux à aller faire la police des prix dans les magasins », comme c’est déjà le cas spontanément dans certains départements. Ils demandent « une loi contraignante et ferme, qui applique en cas d’infraction des sanctions dissuasives ».

Négociations commerciales: « application inégale » et manque de données (gouvernement)

A l'issue de la réunion du Comité de suivi de relations commerciales au ministère de l'agriculture le 19 janvier, la secrétaire d'Etat auprès du Ministre de l’Economie, Delphine Geny-Stephann, a annoncé que les «premiers éléments issus des contrôles en cours et les échanges de la réunion ont mis en lumière une application inégale de la charte».

Le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert a précisé que les données fournies par chacune des parties prenantes nécessitaient «des précisions». Les données fournies par les distributeurs font surtout état de demandes de hausses de la part de l'industrie agroalimentaire - dont l'ampleur ne serait pas justifiée par l'évolution des cours des matières premières - et celles de Coop de France et l'Ania de demandes de baisses «préoccupantes» de la part de la grande distribution, y compris sur des marchés où les cours ont progressé, rapporte Christiane Lambert, présidente de la FNSEA qui se demande : «qui est le menteur?»

Le délégué général de la FCD (distributeurs), Jacques Creyssel, regrette par ailleurs que dans le secteur laitier, une partie des industriels n'ait pas encore communiqué les prix prévisionnels aux producteurs, comme cela est demandé par la loi Sapin 2. Les négociations commerciales ont débuté il y a six semaines et doivent s'achever dans six semaines. «C'est à la fin de la foire que l'on compte les bouses», commente Jacques Creyssel.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui