L'Anjou Agricole 02 mars 2018 à 14h00 | Par L'Anjou Agricole

Négociations commerciales: pour Le Maire, Leclerc ne respecterait pas les règles

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a affirmé le 1er mars que « des éléments » prouveraient que le géant de la distribution Leclerc ne respecterait pas les règles en matière de négociations commerciales, après que le groupe a été perquisitionné par la Répression des fraudes. La Direction générale de la répression des fraudes (DGCCRF), qui relève de Bercy, a mené des perquisitions les 27 et 28 février au siège des centres E. Leclerc à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), sur fond de négociations commerciales annuelles entre industriels et distributeurs. « Nous les justifions (les perquisitions, ndlr) par des éléments que nous avons recueillis et qui montrent qu'il pourrait (...) y avoir de la part de ce grand distributeur le non-respect des règles commerciales qui s'appliquent à tous sans exception », a affirmé le ministre de l'Economie. « Ensuite, tous ces procès-verbaux seront transmis à la justice et c'est la justice qui tranchera, et on verra qui de la grande distribution ou de l’État a raison en la matière », a-t-il poursuivi. Le distributeur français avait réagi le 28 février, estimant que ces perquisitions sont dues au fait que « la période est aux annonces politiques ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La hausse des cours du blé préoccupe les meuniers

indique l’Association nationale de la meunerie française (ANMF)

Le chiffre de la semaine
254
MILLIONS D'EUROS.La justice américaine a condamné Monsanto à verser 254 millions d’euros à un jardinier, Dewayne Johnson, atteint d’un cancer incurable, après avoir utilisé des produits de la firme.