L'Anjou Agricole 28 février 2018 à 09h00 | Par L'Anjou Agricole

Négociations commerciales : « rien n'a changé » (Coop de France)

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Pascal Le Douarin

A la veille de la date butoir des négociations commerciales, « beaucoup d'accords ne sont pas signés » avec les distributeurs, a indiqué le 27 février Coop de France, en signalant à nouveau des demandes de baisse des prix. « Rien n'a changé » après les Etats généraux de l'alimentation, selon le président Michel Prugue, pour qui la situation avec les grandes enseignes s'est même « dans de nombreux cas aggravée ». « Les demandes de baisse des prix sont majoritaires auprès de nos entreprises », a-t-il ajouté, allant de « 3 à 4 % dans des filières où cela n'est pas légitime ». S'y ajoutent des demandes de compensation de perte de marge sur 2017 et une « explosion des promos ». Dans la filière lait, les négociations commerciales se sont « un peu mieux passées », a déclaré Rachel Blumel, directrice de Coop de France Agroalimentaire : le prix du beurre a été revalorisé, selon elle. « Les hausses tarifaires obtenues sur le beurre ne sauraient masquer les pratiques destructrices de valeur sur les autres produits agricoles et alimentaires, considère Michel Prugue, cité dans un communiqué. Au mieux, nous constatons un rattrapage partiel des baisses imposées les années précédentes. Au pire, nous sommes confrontés à des baisses de prix inquiétantes pour la viabilité financière de nos entreprises ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Je respecte le processus démocratique, mais je pense profondément que ce n’est pas le bon véhicule

Interrogé au Space, sur le Référendum d’initiative partagée pour les animaux, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie a répondu qu’il ne s’agissait pas du “bon vehicule” politique

Le chiffre de la semaine
14 746
Chasseurs dans le Maine-et-Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui