L'Anjou Agricole 31 mars 2020 à 11h00 | Par AA

Nettoyer les élevages, travail de l’ombre

L’entreprise Lavage Agri Ouest nettoie des bâtiments d’élevage. Malgré la crise du Covid-19, l’activité est assurée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Yannick Moreau continue à travailler malgré la crise.
Yannick Moreau continue à travailler malgré la crise. - © AA

Basés à Chemillé-en-Anjou, Yannick et Angélique Moreau font partie de ces travailleurs de l’ombre, qui permettent aux étals de supermarchés de rester pleins en ces temps de crise. à "Lavage Agri Ouest", Yannick Moreau est nettoyeur indépendant de bâtiments d’élevages, et sa femme est conjointe collaboratrice. Tous les bâtiments passent au lavage à l’eau froide haute pression de Yannick Moreau.

Pas d’inquiétudes par rapport à la crise
Malgré la crise du Covid-19, les entreprises de nettoyage sont à pied d’œuvre. « Les agriculteurs ont besoin de nous, je n’ai pas entendu parler d’entreprises qui ne travaillent pas durant le confinement », détaille Angélique Moreau. Dans les exploitations, les gestes barrières sont respectés, et l’entrepreneur vient, comme à son habitude, avec son propre matériel. Les risques sanitaires sont infimes. De plus, les risques de ruptures de stocks sont limités. Dans d’autres structures, le bémol vient des salariés ayant des enfants, qui ne sont plus scolarisés en ces temps de confinement. Dans ces cas là, et comme nous le voyons dans de nombreuses professions depuis le début de la crise, l’entraide prime. « Si une entreprise ne peut pas effectuer un chantier par manque de salarié, elle renvoie le client vers d’autres entreprises, comme celle de mon mari », rassure Angélique Moreau. Ainsi, la continuité de l’activité est assurée.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.