L'Anjou Agricole 26 octobre 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Neutraliser les courants électriques pour le bien-être des vaches

Partant du principe qu’il vaut mieux “prévenir que guérir”, le Gaec de la Fosse a fait appel à un sourcier géobiologue avant de construire son nouveau bâtiment vaches laitières.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Yohann Tessier, gérant de l’entreprise Tessier ; Jean-Marc Billard, géobiologue ; Sandra et son père Stéphane Lepronier, associés du Gaec de la Fosse à Corzé, dans le bâtiment vaches laitières géré par Sandra.
Yohann Tessier, gérant de l’entreprise Tessier ; Jean-Marc Billard, géobiologue ; Sandra et son père Stéphane Lepronier, associés du Gaec de la Fosse à Corzé, dans le bâtiment vaches laitières géré par Sandra. - © AA

La plus jeune associée du Gaec de la Fosse à Corzé, Sandra Lepronier, s’est installée en mai 2017 avec son père et son oncle. à cette occasion,  l’élevage laitier a pris un nouvel élan, avec la construction d’un bâtiment équipé de 2 robots de traite et d’une nurserie, et l’arrivée d’un nombre important de génisses. Avant de débuter les fondations de ce grand bâtiment de 126 logettes, qui abritera à terme 110 vaches laitières, les associés ont suivi le conseil de Yohann Tessier, installateur de robots de traite : « prendre soin de ce qu’il y a en-dessous du bâtiment ». Rien de tel qu’un géobiologue  pour repérer les sources et passages d’eau invisibles, qui créent des champs magnétiques susceptibles de perturber les animaux. (...)

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou Agricole du 27 octobre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le groupe Cooperl peut compter sur l’engagement du ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance pour assurer la pérennité des activités et de l’emploi

signifie Bercy dans un communiqué du 21 octobre.

Le chiffre de la semaine
4 à 6 €/1 000 l
Selon Frédéric Vincent de la FDSEA 49, "sur les 9 premiers mois de l’année, un recul de 4 à 6 €/1 000 litres sur les moyennes régionales du prix du lait payé par les entreprises a été constaté".

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui