L'Anjou Agricole 18 octobre 2018 à 16h00 | Par L'Anjou Agricole

Noisetier au top des enchères

Lors de la vente de reproducteurs rouge des prés du Domaine des Rues à Chenillé-Changé, mercredi 17 octobre, 19 taureaux sur 26 ont trouvé preneur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © archives AA

La vente d’automne de la Sica Domaine Rouge des prés a attiré une centaine de personnes mercredi à Chenille-Changé. 19 jeunes reproducteurs de la série des “N” ont été achetés aux enchères, sur 26 animaux présentés, pour un prix moyen de 3 158 euros (les montants s’étalent de 2 300 euros à 4 600 euros). C’est le taureau Noisetier, un mâle né le 24 août 2017, non porteur du gène culard, qui a été acquis le plus cher : les enchères sont montées à 4 600 euros. Vendu par l’earl de la Porterie à Loiré, ce taureau a pris la route du Gaec des Genets en Mayenne. Noisetier était entré à la station au printemps dernier. C’est un fils de Ice Cream, un taureau non porteur du gène culard, acheté à la station également, accouplé à une femelle porteuse du gène culard. « Noisetier est un mâle complet pour un non porteur du gène culard, il est bien viandé, surtout sur l’aloyau », explique son naisseur, Jérôme Gaudin de l’EARL de la Porterie. L’animal affiche aussi de bonnes performances de croissance (indice 107). Pour son cheptel, l’éleveur de Loiré investit uniquement dans des taureaux de station, sur lesquels il recherche notamment de bonnes aptitudes laitières. « Ce sont des kilos pas chers à produire », souligne-t-il. Deuxième chance «Les taureaux qui n’ont pas trouvé preneur mercredi aux enchères sont toujours en vente », précise Nicolas Espalier, chef de projet à la Sica Rouge des Prés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui