L'Anjou Agricole 05 février 2016 a 08h00 | Par L'Anjou Agricole

«Nos emplettes sont nos emplois» lance Xavier Beulin à l'AG de la Fédération bovine

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © AA

C'est en reprenant un ancien slogan des Chambre de commerce et d'industrie, « nos emplettes sont nos emplois » que Xavier Beulin a conclu le congrès de la Fédération nationale bovine, le 4 février. Il a ainsi mis l'accent sur l'importance de l'origine dans l'agro-alimentaire. « Nous devons réaffirmer une stratégie agricole pour la France », a-t-il lancé avant de préciser qu'avec la future campagne présidentielle, bon nombre des candidats allaient bientôt « commencer à caresser le cul des vaches. C'est sympathique de caresser le cul des vaches, mais ce n'est pas ce que l'on attend ! ». Il a insisté sur les difficultés que vit l'Europe aujourd'hui. « La Pac ne répond plus aujourd'hui ou insuffisamment » aux problématiques du monde agricole, a-t-il estimé. Par ailleurs, il a fortement dénoncé l'absence de Jean-Paul Bigard au congrès: « Quand on est le premier opérateur de France, on se doit d'être présent ! »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.