L'Anjou Agricole 20 décembre 2018 à 14h00 | Par S.H.

"Nos productions sont indispensables à la planète"

Claudine Oger, 55 ans, se présente pour un 2ème mandat à la Chambre d'agriculture. L'horticultrice représente la filière végétale ornementale, spécifique mais faisant partie intégrante du monde agricole.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Née dans la région de Genève, Claudine Oger a des origines françaises, suisses et hollandaises. Après une école d'horticulture suisse, elle est "montée aux Pays-Bas" pour y effectuer un stage. Et c'est à Tiercé qu'elle s'installera, en 1993, avec son mari.

Outre son activité d'horticultrice, Claudine Oger est impliquée au sein de différentes structures, à commencer par la MSA, depuis 20 ans. Depuis 6 ans, elle préside la section 49-72 de la FNPHP (Fédération nationale des producteurs de l'horticulture et des pépinières).

Claudine Oger siège à la Chambre d'agriculture, où elle s'attache « à faire reconnaître les spécificités des entreprises du végétal spécialisé. Nous sommes employeurs de main-d'oeuvre. C'est un sujet qui nous rassemble et qui nous tient en alerte ».

Parfois proche du monde industriel par la taille des entreprises ou par les process, le secteur fait pourtant partie intégrante du monde agricole, défend-elle : « on associe souvent l'agriculture à l'alimentation. Les plantes que l'on produit dans notre entreprise, elles, ne se mangent pas, mais elles n'en sont pas moins indispensables. Si demain, il n'y a plus de végétal, comment va-t-on respirer ? ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Dans un contexte de perte de pouvoir du marché par les éleveurs, les CRP Bretagne, Pays-de-la-Loire et l’Union Normande des Groupements Porcs ont pris la décision de définir et porter conjointement un plan stratégique pour les éleveurs de porcs.

ont déclaré les organisations du Grand Ouest, dans un communiqué commun du 11 mars.

Le chiffre de la semaine
934
C'est le nombre de fermes biologiques ou en conversion dans le Maine-et-Loire, selon Sylvie Fradin-Rabouin, présidente du Gabb Anjou

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui