L'Anjou Agricole 14 novembre 2019 a 14h00 | Par Romain Devaux

Nouvelle journée de mobilisation le 27 novembre

Le Conseil de la FDSEA s’est réuni le 8 novembre pour faire le point sur les actions syndicales de l’automne. Les lignes bougent, il convient désormais d’obtenir des avancées concrètes dans les exploitations.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Les responsables de la FDSEA souhaitent poursuivre le mouvement et veulent que les avancées se traduisent concrètement sur le revenu des exploitations.
Les responsables de la FDSEA souhaitent poursuivre le mouvement et veulent que les avancées se traduisent concrètement sur le revenu des exploitations. - © AA

La FDSEA a réuni son Conseil d’administration pour faire le point sur la stratégie syndicale d’automne et les fortes mobilisations des 8 et 22 octobre qui commencent à porter ses fruits. La présidente de la FNSEA Christiane Lambert était présente, l’occasion pour elle de remercier le travail réalisé par les responsables locaux FDSEA et JA. « Quand vous vous mobilisez dans les départements, c’est un vrai plus pour obtenir des rendez-vous avec les Ministres de l’Agriculture, de l’Intérieur, de la Santé ou de l’Environnement », a-t-elle dit.

Des avancées significatives
Des avancées ont déjà été obtenues comme le maintien du financement des chambres d’agriculture mais aussi de l’exonération sur le GNR.
On sent également que l’Etat durcit le ton face à l’agribashing avec les premières condamnations d’associations antispécistes.
Le Président de la République a effectué une visite au Sommet de l’élevage et il a travaillé avec les représentants des filières agricoles à l’ouverture de parts de marché en Chine.
Autre sujet qui évolue, la gestion de l’eau avec le verrou sur la question du stockage qui commence à céder. La FDSEA et les JA ont interpellé le Préfet directement à ce sujet le
22 octobre.
Enfin les derniers reportages médias ont été plus à l’écoute du monde agricole, les consommateurs nous restent favorables et commencent à douter de la véracité des propos des détracteurs de l’agriculture.

Rémunérer les producteurs
Pour Emmanuel Lachaize, secrétaire général de la FDSEA, il faut désormais aller plus loin : « il y a un frémissement mais tout cela doit se traduire en solutions concrètes sur les exploitations. La question du revenu des agriculteurs doit être prise à bras-le-corps ».  Aujourd’hui, une partie des EGA a joué son rôle en consolidant les indicateurs de prix et le seuil de revente à perte. Ces mesures doivent s’accompagner d’une meilleure rémunération des agriculteurs.

Revendications
La FDSEA et les JA demandent donc aux opérateurs de respecter les agriculteurs dans les négociations commerciales. Les indicateurs de prix sont désormais établis et connus de tous. Il est temps que l’argent revienne aux agriculteurs car la valeur existe et elle doit être répartie entre tous !
Ils demandent également à l’état de soutenir les filières au lieu d’investir son énergie à mettre en place des distorsions (Ceta, Mercosur, ZNT…) qui engendrent toujours plus de charges plombant les exploitations.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.