L'Anjou Agricole 09 novembre 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Numérique : l'Acta et l'APCA créent une plateforme de mutualisation de données

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Ludovic Vimond

L'Acta (Instituts techniques) et l'APCA (chambres d'agriculture) ont annoncé le 8 novembre la naissance de la société API-agro, qui a pour objet « la création, la gestion, la commercialisation et le développement de plateformes numériques de données et de services ». API-agro veut « permettre à tous les acteurs du monde agricole d'accéder à nos données, qui sont publiques », a expliqué le président Sébastien Windsor. Des échanges basés sur la technologie API (Application programming interface). Avec API-agro, l’objectif pour les chambres d’agriculture est de faire évoluer le métier de conseiller. Ces derniers pourront s’appuyer sur les masses de données, les croiser et les analyser pour dispenser leurs préconisations. Du côté des instituts techniques, l’intérêt est proposer de nouveaux outils d’aide à la décision (OAD). « Les premières applications sont attendues plutôt sur les thématiques de gestion de l'eau ou des ravageurs », a indiqué le chargé de mission Théo-Paul Haezebrouck. API-agro sera financée dans un premier temps par l’Acta et l’APCA. À brève échéance, des fonds privés pourront investir dans la structure.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui