L'Anjou Agricole 10 janvier 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Oeuf de poules en cages : après Carrefour, Intermarché et Netto disent stop à partir de 2025

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Armelle Puybasset

Après Carrefour fin décembre et Aldi Nord en août, c'est au tour d'Intermarché et Netto, deux enseignes du groupe Les Mousquetaires, d'annoncer, le 9 janvier, qu'ils arrêteront de distribuer des oeufs coquille issus de poules élevées en cages à partir de 2025. Ils commenceront par leur propre marque distributeur (Moisson) dès 2020. « Cela répond à une demande croissante des clients, de plus en plus attentifs aux conditions d'élevage et au bien-être animal », explique le groupe. « D'ici 2025, les éleveurs auront le temps nécessaire pour s'adapter aux nouvelles exigences et développer des méthodes d'élevage alternatives à la cage aménagée ». Comme Intermarché, Carrefour et Aldi avaient également annoncé des arrêts « progressifs ». Parmi les enseignes engagées dans la mise au ban des oeufs issus de poules en cages, Monoprix est la seule enseigne avoir avoir retiré ces oeufs sans délai, ni annonce préalable (en avril dernier).

En octobre, l’interprofession s’est fixée officiellement pour objectif de faire passer la production française à 50 % d’œufs alternatifs d’ici 2022 contre 32 % actuellement. Le coût de la transition est estimé par l’interprofession à 500 M €.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

L’Inra et l’Irstea devront fusionner en janvier 2020

ont annoncé le 17 octobre la ministre de la Recherche, Frédérique Vidal, et le nouveau ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume.

Le chiffre de la semaine
3 158 €
Lors de la vente de reproducteurs rouge des prés du Domaine des Rues à Chenillé-Changé, mercredi 17 octobre, 19 taureaux sur 26 ont trouvé preneur, pour un prix moyen de 3 158 euros.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui