L'Anjou Agricole 10 octobre 2018 à 17h00 | Par L'Anjou Agricole

Oeufs alternatifs : la filière « avance à une vitesse supérieure à ce qui était prévu»

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Le vice-président de l'interprofession de l'oeuf (CNPO) Loïc Coulombel a annoncé, lors d'une conférence de presse le 9 octobre, que la production française d'oeufs dits alternatifs (sol, plein-air, bio) progressait plus vite que ce qui était annoncé dans le plan de filière (50 % de la production en alternatif d'ici 2022): « Notre filière avance à une vitesse supérieure à ce qui était prévu ». En 2017, la production d'oeufs alternatifs a progressé de 13 %, pour atteindre 37 % de la production nationale tous modes de production confondus, soit «près de deux poules sur cinq», souligne le CNPO. «Nous commençons enfin à avoir des capacités d'investissements pour transformer les bâtiments de cages aménagées», a expliqué le secrétaire général du CNPO, Maxime Chaumet. La filière estime à 277 millions d'euros les investissements nécessaires pour atteindre les 50% d'oeufs alternatifs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si l’on change toutes les règles, qu’on demande des sacrifices et que derrière on continue à bâtir des accords commerciaux avec des pays du monde […] qui ne font pas les mêmes efforts, on est des fous !

Dans une interview accordée à la revue Le Grand Continent le 12 novembre, Emmanuel Macron est revenu sur son projet en matière de transition écologique dans le secteur agricole.

Le chiffre de la semaine
56 %
des éleveurs de veaux de boucherie déclarent utiliser des MCA (Médecines complémentaires et alternatives), selon une étude de l’Institut de l’élevage (Idele) parue le 20 octobre.