L'Anjou Agricole 21 août 2017 à 10h00 | Par L'Anjou Agricole

Oeufs contaminés : les industries alimentaires françaises « poursuivent les analyses»

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Site du ministère de l'Agriculture

L'Ania (association nationale des industries alimentaires) a affirmé dans un communiqué le 18 août que «les entreprises poursuivent les analyses» pour identifier la présence d’œufs ou d'ovoproduits provenant d'élevages contaminés par le fipronil. La veille, le ministère de l'Agriculture publiait la liste des produits identifiés non conformes et retirés du marché, tout en précisant qu'il est «fortement probable que d'autres produits s'ajoutent à la liste.» Dans la première liste du 17 août, 17 produits (gaufres et mini gaufres) originaires des Pays-Bas et vendus en France étaient concernés. Ils ont été retirés du marché. Le 19 août, le ministère de l'Agriculture a publié une liste actualisée qui comporte désormais 20 références de produits contenant des traces de fipronil vendus en France, dont notamment des gaufres et des gâteaux frangipane fabriqués aux Pays-Bas ou en Belgique.

Cette liste est disponible sur le site du ministère de l'Agriculture :
(http://agriculture.gouv.fr/fipronil-liste-des-produits-retires-de-la-vente-en-france).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui