L'Anjou Agricole 01 juillet 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Abattoirs : «Réinstaurer la confiance» du consommateur, prône Christiane Lambert

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Guillaume Perrin


Auditionnée le 30 juin par la Commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur les conditions d’abattage des animaux de boucherie, Christiane Lambert, vice-présidente de la FNSEA, a prôné de « réinstaurer la confiance » du consommateur, ébranlée par les diffusions successives des vidéos de l’association L214. « C’est choisi, c’est à dessein » que « L214 s’attaque aux petits abattoirs » afin de « casser la confiance » donnée par le consommateur, notamment dans les circuits courts. « Peut-on encore manger de la viande en confiance? », s’interroge, selon elle, le consommateur actuellement. Quant aux salariés d’abattoirs, « c’est aussi une confiance qu’on leur délègue. Ce n’est pas une décharge », explique-t-elle. Avec Christiane Lambert, ont été auditionnés Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysanne, Bertrand Venteau, président de la Coordination rurale de la Haute-Vienne et Jacky Tixier président du Mouvement de défense des exploitants familiaux (Modef).

 

Pour voir la vidéo de Christiane Lambert : cliquez ici

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si des solutions techniques alternatives au désherbage chimique existent, elles ne sont pas encore adoptables par tous les arboriculteurs.

indique le CTIFL (centre technique), dans un communiqué du 26 mai

Le chiffre de la semaine
8,2 millions d'euros
Horticulture : dans le Maine-et-Loire, la destruction des plantes et fleurs, suite à la crise du Covid-19, a entrainé une perte de 8,2 millions d'euros (source FNPHP Grand Ouest)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui