L'Anjou Agricole 29 mai 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Opération de séduction réussie pour « Au pré d’Angers »

Samedi 28 mai, les citadins ont pu prendre part à l’événement annuel des jeunes agriculteurs du Maine-et-Loire. Pour sa seconde édition, « Au pré d’Angers » a vu déambuler plusieurs milliers de visiteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 (© AA) Au cours de la visite officielle © AA Battage du blé à l'ancienne © AA Devant le stand FDSEA © AA La préfète du Maine-et-Loire au selfiematon © AA Le stand avicole © AA Le stand bovin © AA A la découverte des variétés végétales © AA Photo de la délégation officielle © AA Le chevreau "Angevin" © AA Le stand porcin © AA JA49 et Jim © AA Les étudiants du Campus de Pouillé et la mascotte Brindille © AA Quizz sur le stand de la Chambre d'agriculture © AA Sylvain Piet, président JA49 © AA

Quand les agriculteurs viennent vers les urbains... Un air de campagne a été ressenti samedi dernier dans la capitale du Maine-et-Loire, à l'occasion de la seconde édition « d’Au pré d’Angers ». Et pour les citadins, plutôt habitués à voir défiler ces dernières semaines dans les médias des foules revendicatives et parfois haineuses, cela fait du bien. « Certes, au travers nos 80 bénévoles, nos partenaires, nos animations et nos animaux, nous cherchons à refléter une belle image de l’agriculture. Mais les jeunes agriculteurs n’oublient pas qu’ils sont aussi là pour passer des messages », tient à souligner Sylvain Piet. Entre autres une détresse profonde, symbolisée par un brassard noir porté par le jeune président du syndicat et ses camarades. « Ce n’est pas parce qu’on ne parle plus de nous que ça va mieux », a rappelé Jean-Marc Lézé, le président de la FDSEA, au cours de la visite d’inauguration. Des officiels – dont pour la première fois la préfète Béatrice Abollivier – qui se sont prêtés aux épreuves que leur avaient concoctées les jeunes, comme la traite d’une chèvre à la main et au seau, l’allaitement d’un chevreau au biberon ou encore le Selfiematon…

 

Plus d'informations dans le journal l'Anjou agricole du vendredi 3 juin

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si des solutions techniques alternatives au désherbage chimique existent, elles ne sont pas encore adoptables par tous les arboriculteurs.

indique le CTIFL (centre technique), dans un communiqué du 26 mai

Le chiffre de la semaine
8,2 millions d'euros
Horticulture : dans le Maine-et-Loire, la destruction des plantes et fleurs, suite à la crise du Covid-19, a entrainé une perte de 8,2 millions d'euros (source FNPHP Grand Ouest)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui