L'Anjou Agricole 06 septembre 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Outil de stabilisation des revenus : Bruxelles fera des propositions dans un "futur proche"

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Phil Hogan, membre de la Comission Européenne chargé de l'Agriculture et du Développement rural.
Phil Hogan, membre de la Comission Européenne chargé de l'Agriculture et du Développement rural. - © Lieven Creemers/CE

En marge de la Conférence européenne sur le développement rural organisée par la Commission européenne à Cork (Irlande) les 5 et 6 septembre, Phil Hogan a indiqué que ses services étaient en train de finaliser des mesures qui seront présentées dans un « futur proche » pour améliorer l'outil de stabilisation des revenus. Ce dispositif du deuxième pilier introduit avec la dernière réforme de la Pac n'a quasiment pas été utilisé par les États membres alors qu'il aurait pu être une solution pour aider les producteurs à faire face à la crise laitière. « Il faut que ces outils soient plus faciles à utiliser et plus attractifs », a souligné le commissaire à l'agriculture. Il a par ailleurs réagi à la réunion informelle des ministres de l'agriculture de l'UE organisée à Chambord le 2 septembre par la France, au cours de laquelle ceux-ci ont insisté sur l'amélioration de ce type d'outils: « Un, deux, trois ou quatre, peu importe le nombre de piliers que compte la Pac, ce qui est important c'est d'avoir un bon programme qui répondent aux objectifs », a estimé Phil Hogan

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui