L'Anjou Agricole 02 mai 2017 à 09h00 | Par L'Anjou Agricole

Ovin : un congrès de la FNO en Belgique

Pour ses soixante-dix ans, la Fédération nationale ovine (FNO) a organisé un « congrès singulier », selon sa présidente Michèle Boudouin puisqu’il s’est tenu en Belgique, à Libramont, le 28 avril.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
« Être à Libramont est un symbole au moment où Michel Barnier va négocier le début du Brexit. La production ovine a, plus que tout, besoin de fraternité », a souligné Michèle Boudouin. « Nous venons de prouver que l’Europe existe. Peut-être qu’un jour nous aurons l’occasion de participer à un congrès européen », a conclu Jean Devillers, président de l’Association wallonne d’élevage (Awe).
« Être à Libramont est un symbole au moment où Michel Barnier va négocier le début du Brexit. La production ovine a, plus que tout, besoin de fraternité », a souligné Michèle Boudouin. « Nous venons de prouver que l’Europe existe. Peut-être qu’un jour nous aurons l’occasion de participer à un congrès européen », a conclu Jean Devillers, président de l’Association wallonne d’élevage (Awe). - © Actuagri

 

L’Europe, le Brexit et les négociations internationales en ont été les thèmes principaux, à l’occasion d’une table ronde. La FNO a également présenté son nouveau logo. Jean Devillers a fait part des similitudes entre les problématiques des filières ovines française et belge. En Wallonie, la production ovine est largement représentée par des producteurs possédant moins de 30 brebis (5 030 élevages), qualifiés d’hobbyistes. Seul 36 éleveurs possèdent plus de 200 brebis, et parmi eux, 14 produisent en plus de la viande, du lait à destination de la transformation. Près d’un quart des élevages sont en production bio.

 

 

Les cours de l’agneau « toujours en retrait » lors du mois de mars (Agreste)
Agreste a souligné le 28 avril un redressement du cours de l’agneau en mars, tiré par la fête de Pâques, mais insuffisant pour rentrer dans la moyenne quinquennale. « Après la baisse importante constatée au cours des deux premiers mois de 2017, le cours moyen de l’agneau se redresse dès la 1ère semaine de mars, tiré par la demande induite par l'approche de la fête de Pâques, selon une note. A 5,50 €/kg carcasse, le cours est néanmoins nettement en retrait par rapport au cours moyen des mois de mars de la période 2011-15. » Les abattages ressortent à -23 % en glissement annuel, une baisse à analyser au regard du positionnement en mars de Pâques 2016. « En février 2017, la production ovine est en repli de 3,3 % en poids par rapport à 2016, poursuit Agreste. Les importations de viande ovine reculent de 13 % en téc et de 22 % en valeur. La consommation apparente de viande ovine est en repli de 8 %. »

 

Plus d'informations sur le Congrès FNO dans le journal Réussir l'Anjou agricole du vendredi 5 mai 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

L’Inra et l’Irstea devront fusionner en janvier 2020

ont annoncé le 17 octobre la ministre de la Recherche, Frédérique Vidal, et le nouveau ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume.

Le chiffre de la semaine
3 158 €
Lors de la vente de reproducteurs rouge des prés du Domaine des Rues à Chenillé-Changé, mercredi 17 octobre, 19 taureaux sur 26 ont trouvé preneur, pour un prix moyen de 3 158 euros.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui