L'Anjou Agricole 03 mai 2018 à 15h00 | Par L'Anjou Agricole

Pac 2021-2027 : la France dénonce un budget "inacceptable"

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © CHRISTIAN LAMBIOTTE/CE

La Commission européenne a annoncé le 2 mai qu'elle envisage une baisse « d'environ 5 % » (en prix courants) des fonds de la Pac dans son projet de cadre financier pluriannuel 2021-2027 de l’UE (à 27 États membres). En fait, en termes réels (sans tenir compte de l’inflation estimée à 2 % par an), la dotation prévue pour les paiements directs (et les mesures de marché), soit 254 milliards € sur les sept années, est même en diminution de 7,3 % par rapport à la programmation en cours 2017-2020 (qui inclut le Royaume-Uni). L’enveloppe prévue pour le développement rural étant de 70 Mrd €, la part de la Pac dans le budget total proposé par Bruxelles (1 134 Mrd €) passera, selon ce projet, de 31 % en 2021 à 27 % en 2027.

La Commission rappelle que, dans ses propositions pour la Pac post-2020 attendues fin mai-début juin, elle préconisera « un plafonnement obligatoire des montants reçus (par les exploitants) ou des paiements dégressifs (...) au profit des petites et moyennes exploitations, et potentiellement du développement rural ». Pour ce dernier, elle envisage par ailleurs une baisse de 10 points de la contribution de l’UE qui pourra être compensée au niveau national.

Stéphane Travert dénonce une baisse « drastique, massive et aveugle »

Réagissant le jour même à la proposition faite le 2 mai par la Commission européenne de baisser les paiements directs sur la période 2021-2027, le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert a dénoncé une baisse "drastique, massive et aveugle qui va empiéter gravement sur le revenu des agriculteurs". Le ministre s'est dit "en colère" contre une proposition "inacceptable". La position de Paris est un budget qui n'entraine "pas de baisse pour les agriculteurs". Le ministère est particulièrement attentif au fait que les propositions budgétaires de Bruxelles ont été exprimées "en euros courants", et non, comme lors des précédentes réformes, "en euros constants". "En euros courants, l'effet de la baisse sera encore plus fort en 2021", explique le ministère.

« Une immense déception pour les Européens et les agriculteurs » selon la FNSEA

« La baisse drastique annoncée est inacceptable », a protesté la FNSEA dans un communiqué de presse le 2 mai, après la publication des propositions de budget de la Commission européenne pour la prochaine Pac. « C’est une immense déception pour les Européens et les agriculteurs », indique le syndicat pour qui le budget proposé « ne permettra pas à l’agriculture de relever les nouveaux défis auxquels elle est confrontée » et risque « d’accélérer le déclin » du secteur. Le syndicat juge que la réduction va au-delà de la compensation du Brexit et met la Pac à contribution. «La FNSEA en appelle solennellement au chef de l’État pour provoquer un véritable sursaut de l’Union européenne», insiste l’organisation qui souhaite un accord entre Emmanuel Macron et Angela Merkel sur ce sujet.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Les conditions sont aujourd’hui réunies pour autoriser la mise sur le marché des poudres de lait infantile

affirme le ministère de l’Agriculture , qui annonce, dans un communiqué de presse du 18 septembre, la reprise de la commercialisation des poudres de lait infantile fabriquées par Lactalis

Le chiffre de la semaine
35 000
C’EST LE NOMBRE DE SALARIÉS AGRICOLES EN MAINE-ET-LOIRE. 1 ENTREPRISE SUR 2 EST EMPLOYEUSE.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui