L'Anjou Agricole 04 janvier 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

PAC : de nouvelles BCAE

Le 1er janvier a vu l’entrée en vigueur de nouvelles bonnes conditions agricoles et environnementales (BCAE), selon un décret publié au journal officiel du 27 décembre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Le respect par l’agriculteur de ces BCAE conditionne le versement de certaines aides européennes agricoles. Les BCAE sont parfois des contraintes faciles à respecter, pour permettre une plus value en termes d'aide PAC. Ce décret prévoit, dans les zones vulnérables, l’obligation d’implanter une couverture automnale et hivernale, à l’instar des dispositions prévues dans les programmes d’actions nationaux « nitrates ».

 



De plus, « le brûlage des résidus de chanvre, des précédents culturaux de cultures potagères et de semences de graminées, en plus du brûlage des résidus de lin, est désormais autorisé, et la possibilité pour les préfets d’accorder une autorisation individuelle de brûlage pour des motifs agronomiques est supprimée », annonce la notice du décret. S’agissant des règles relatives à la couverture minimale des sols, le décret supprime aussi l’obligation d’implanter un couvert au 31 mai sur les terres arables.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le groupe Cooperl peut compter sur l’engagement du ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance pour assurer la pérennité des activités et de l’emploi

signifie Bercy dans un communiqué du 21 octobre.

Le chiffre de la semaine
4 à 6 €/1 000 l
Selon Frédéric Vincent de la FDSEA 49, "sur les 9 premiers mois de l’année, un recul de 4 à 6 €/1 000 litres sur les moyennes régionales du prix du lait payé par les entreprises a été constaté".

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui