L'Anjou Agricole 10 juillet 2017 à 15h00 | Par L'Anjou Agricole

Pac : les fermes équestres désormais éligibles

La FNC vient d’obtenir l’éligibilité à la Pac des exploitants agricoles de fermes équestres.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Il reste cependant désormais essentiel pour la FNC, d’obtenir de la France comme de l’Union Européenne, une définition précise des agriculteurs professionnels du Cheval afin que ces derniers puissent être définitivement considérés comme tous les autres agriculteurs professionnels, indépendants, autonomes et responsables de leurs exploitations.
Il reste cependant désormais essentiel pour la FNC, d’obtenir de la France comme de l’Union Européenne, une définition précise des agriculteurs professionnels du Cheval afin que ces derniers puissent être définitivement considérés comme tous les autres agriculteurs professionnels, indépendants, autonomes et responsables de leurs exploitations. - © Actuagri

Les deux longues années d’explications au niveau national, soutenues par  les nombreuses actions des FDSEA/JA et des Chambres d’Agriculture dans les départements, ont payé : la FNC (Fédération nationale du cheval) avec le soutien très précieux de la FNSEA, vient d’obtenir l’éligibilité à la Pac, des exploitants agricoles de fermes équestres.



Ainsi, suite au courrier du 19 avril 2017 adressé au Ministre de l’Agriculture par Christiane Lambert, présidente de la FNSEA et Marianne Dutoit, présidente de la FNC, l’instruction de la DGPE du 04/07/2017 précise enfin, clairement, que les DDT pourront accepter le rattrapage par le code NAF/APE 14.3Z des exploitants ayant eu 1 naissance ou plus l’année précédant la campagne Pac.



La FNC se félicite pleinement de cette décision claire et précise qui ne peut que sécuriser les éleveurs de chevaux ayant fait le choix de développer des activités de diversification avec accueil à la ferme, notamment pour maintenir l’élevage en développant de la valeur ajouté sur des exploitations économes en foncier.  


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui