L'Anjou Agricole 13 juin 2018 à 09h00 | Par L'Anjou Agricole

Pacifica lance une “garantie chiffre d’affaires sécurisé” pour les agriculteurs

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Avec cette nouvelle assurance, l’agriculteur aura la possibilité de choisir le montant du chiffre d’affaires qu’il veut sécuriser et la surface de cultures qu’il veut inclure dans cette garantie, avec un plafond fixé à 80 %.
Avec cette nouvelle assurance, l’agriculteur aura la possibilité de choisir le montant du chiffre d’affaires qu’il veut sécuriser et la surface de cultures qu’il veut inclure dans cette garantie, avec un plafond fixé à 80 %. - © Archives AA

Pacifica, la filiale assurance dommage du Crédit agricole Assurances, a annoncé lors d’une conférence de presse mardi 12 juin 2018 le lancement d’une “garantie chiffre d’affaire” visant à maintenir « un niveau de chiffres d’affaires sécurisé, contre une baisse due à un aléa climatique, à une baisse de prix ou toute combinaison des deux événements ». L’offre se présente comme une option aux contrats d’assurance récolte qui existent depuis 2005, et ne sera disponible pour la récolte 2019 que pour les cultures de blé tendre d’hiver, de maïs et de colza. « Nos produits comme l’assurance récolte ne couvraient que la quantité produite par un agriculteur ; avec cette nouvelle option, nous couvrons également le prix de vente unitaire de sa récolte », explique Jean-Michel Geeraert, directeur du marché de l’agriculture à Pacifica. Concrètement, l’agriculteur aura la possibilité de choisir le montant du chiffre d’affaires qu’il veut sécuriser et la surface de cultures qu’il veut inclure dans cette garantie, avec un plafond fixé à 80 %. L’indemnité sera versée si le chiffre d’affaires calculé (son rendement multiplié par le prix moyen observé sur 6 mois sur le marché à terme) est inférieur au chiffre d’affaires qu'il avait choisi de sécuriser. Le calcul de la prime se fera sur une base individuelle, en prenant en compte « le potentiel du client à atteindre le chiffre d’affaires sécurisé », notamment à travers l’historique de ses rendements ou les cotations moyennes du marché.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

L’Inra et l’Irstea devront fusionner en janvier 2020

ont annoncé le 17 octobre la ministre de la Recherche, Frédérique Vidal, et le nouveau ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume.

Le chiffre de la semaine
3 158 €
Lors de la vente de reproducteurs rouge des prés du Domaine des Rues à Chenillé-Changé, mercredi 17 octobre, 19 taureaux sur 26 ont trouvé preneur, pour un prix moyen de 3 158 euros.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui