L'Anjou Agricole 19 mai 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Pacifica propose un nouveau contrat Assurance prairies

Lors d'une conférence de presse le 18 mai, Pacifica, filiale assurances dommages du Crédit Agricole, a annoncé qu'elle misait sur la signature de 1000 contrats pour 2016 et « plusieurs milliers » en 2019 de son nouveau produit d'assurance des prairies, qu'elle lancera le 15 juin prochain.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pacifica table sur la signature de 1000 contrats pour 2016.
Pacifica table sur la signature de 1000 contrats pour 2016. - © AA

Cette assurance se base sur une innovation technologique issue de 5 ans d’études : la création d’un « Indice de Production Fourragère » développé grâce à des mesures par satellite à l’échelle des communes. Cet indice permet de comparer la pousse des prairies de l’année à la moyenne constatée les 5 années précédentes. Il appartiendra aux éleveurs qui souscriront de choisir le montant du capital assuré et le niveau de franchise (10 à 50%).


Ce nouveau produit s’inscrit, selon Pacifica, dans « une perspective de transition du régime public des calamités agricoles vers les assurances privées ». Restent cependant quelques incertitudes tant que l’enveloppe européenne allouée aux assurances récoltes n’est pas clairement définie : le coût effectif pour les éleveurs et de fait, le succès potentiel d’un tel contrat d’assurance.

Groupama a aussi annoncé qu'il lancerait un produit similaire pour 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui