L'Anjou Agricole 23 juin 2020 à 11h00 | Par AA

Partir en vacances sereinement grâce au SR

Cet été, l’éleveur de vaches laitières Nicolas Gohier, pourra partir en vacances pendant 2 semaines. C’est un agent du Service de remplacement qui assurera son travail pendant son absence.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Grâce au service de remplacement, Nicolas Gohier peut partir en vacances cet été.
Grâce au service de remplacement, Nicolas Gohier peut partir en vacances cet été. - © AA

Cela fait maintenant 3 ans que Nicolas Gohier, éleveur laitier du Tremblay, fait appel au Service de remplacement pour partir en vacances. « Avant, j’étais installé avec mon père. Nous nous relayions pour partir en vacances. Je n’avais recours au Service de remplacement que pour mes congés paternité », explique l’agriculteur, père de 3 enfants.
Chaque année, l’agriculteur prend l’équivalent de 5 semaines par an : 2 semaines l’été, une semaine à Noël, une semaine au ski et quelques jours pour avoir des week-end.


Plannifier en avance
L’agriculteur contacte la gestionnaire de planning du SR bien en amont pour lui faire part de sa demande.
« Jusque-là, elle m’a toujours trouvé quelqu’un », note l’éleveur en conversion bio.  Un contrat d’engagement lui est envoyé, qu’il doit retourner signé. Une semaine avant de partir en congés, le salarié du SR vient sur l’exploitation  « pour que je lui donne toutes les consignes. » Cette année, ses vacances débuteront le
24 juillet. Un agent du SR assurera le travail pendant son absence.  « Il fera la traite matin et soir, l’alimentation, le soin aux animaux, le nettoyage, le curage et le paillage des logettes... » Soit
4 h par jour : 2 h le matin, 2 h le soir. Nicolas Gohier peut partir sereinement, « surtout que j’ai mon père à côté en cas de problème. » En plus, l’agent est un habitué et l’a déjà remplacé lors d’autres congés. 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Je respecte le processus démocratique, mais je pense profondément que ce n’est pas le bon véhicule

Interrogé au Space, sur le Référendum d’initiative partagée pour les animaux, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie a répondu qu’il ne s’agissait pas du “bon vehicule” politique

Le chiffre de la semaine
14 746
Chasseurs dans le Maine-et-Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui