L'Anjou Agricole 07 juin 2018 à 12h00 | Par L'Anjou Agricole

Pas d’alternatives à l’innovation dans le désherbage

650 personnes ont participé au premier rassemblement sur le désherbage mécanique dans la filière du végétal spécialisé, le 1er juin, à Brain-sur-l’Authion.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le robot de désherbage Dino de Naïo.
Le robot de désherbage Dino de Naïo. - © AA

« Entre la maîtrise des adventices à l’heure actuelle et la vision prospective du désherbage à l’horizon 2030, les changements sont conséquents », résume Jean-Albert Fougereux, directeur technique au sein de la Fnams. Pour le technicien, « la durabilité de la chimie est incertaine et le désherbage chimique est amené à disparaître ». Aujourd’hui utilisé à hauteur de 70 %, ce pourcentage diminuerait pour ne plus représenter que 25 % en 2030, selon une étude interne à la Fnams.

Le salon Désherb'Expo, organisé à Loire-Authion le vendredi 1er juin, a été l'occasion de faire le point sur les techniques et matériels innovants, allant dans le sens de la fin du désherbage chimique.

Retrouvez le tour des stands et la suite des articles dans l'Anjou agricole du vendredi 8 juin.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui